République Dominicaine – Gîte éco-touristique

1471212_10202172411210012_318104609_nProjet:

Dans la ligné d’un diagnostic de développement durable et  de la rédaction d’un plan d’action qui sera conçu par des étudiants d’HEC en mai 2014, aménager un premier gîte éco-touristique dans la village de Las Garitas et ce en partenariat avec l’Association pour le Projet Samana.

Dates du projet :

Le projet sera réalisé du 07 juin 2014 au 21 juin 2014 et ce par une équipe de 5 bénévoles.

Présentation du groupe:

Merci à Stéphane Lambert, Noémie Bertrand, Jinny Plouffe, Steven Henson et à l'équipe de travailleur sur place, Johanne, Valerio, Ronni et Duarte pour votre excellent travail afin de compléter le gite éco-touristique et la Casa Pacis qui accueillera dorénavant les participants du programme Jeunes au Coeur du Changement et du Projet Samana.

Merci à Stéphane Lambert, Noémie Bertrand, Jinny Plouffe, Steven Henson et à l’équipe de travailleur sur place, Johanne, Valerio, Ronni et Duarte pour votre excellent travail afin de compléter le gite éco-touristique et la Casa Pacis qui accueillera dorénavant les participants du programme Jeunes au Coeur du Changement et du Projet Samana.

L’aventure est terminée

10426821_596873097097266_2538885543303411373_n

Rez-de-chaussé : Casa Pacis
Premier étage: Gite écotouristique

Après 2 semaines de travaux intensif le petit groupe a finalement complété l’aménagement intérieur du gîte écotouristique et de la Casa Pacis.

La Casa Pacis possède 4 chambres, 2 salles de bains, une grande cuisine et une salle à manger. Elle peut héberger 12 personnes à la fois. Plusieurs projets sont déjà en développement pour l’année 2014-2015 et la Casa Pacis accueillera ses premiers groupes dès le 28 juin 2014.

Pour le gîte écotouristique, il y a 2 chambre pour 1 ou 2 personnes et un dortoir qui peut accueillir 4 personnes à la fois. Il y a 3 salles de bains, une grande cuisine, une salle à manger et une salle de séjour. Dès le début juillet 2014, le gîte écotouristique accueillera ses premiers voyageurs. Merci à Madame Johanne Dufort de prendre la direction de ce gîte et nous lui disons bonne chance dans le développement de celui-ci.

Merci à tous pour votre excellent travail.

Pour ceux curieux de faire une visite virtuelle des lieux, nous vous fournirons bientôt une vidéo.

Témoignages:

Stéphane Lambert – Au cœur de la République Dominicaine
Visite aux malades dans la ville de Sanchez

Visite aux malades dans la ville de Sanchez

Cela faisait quelques voyages que je faisais en République Dominicaine dans des touts inclus. À chaque jour de mon départ pour le retour au Québec, j’étais très émotif. Les valeurs québécoises et le mode de vie au Québec ne me conviennent plus. Quoi que j’adore mon Québec et que je me sens québécois plus que tout, je crois qu’avec les années on s’éloigne de soi-même. Les ordinateurs, nos ressources illimitées mais la réalité fait qu’elles ne le sont pas. Notre nourriture soit disant bonne pour la santé, bio mais qu’on n’est même pas sure qu’elle est, car tout est question d’argent et de s’enrichir. Tous ses gens axées physiques, performances, rentabilités… des gens qui cherchent à s’évader de leur propre eux-mêmes!!

Sans jugement et sans reproche, les yeux m’ont ouverts. Qu’est-ce qui a de plus valorisant que d’aller cueillir sa mangue sur place et de dévorer enfin la simplicité d’un vrai goût? De manger un poulet tué le jour même? De voir les Dominicains nous dire Hola, même s’ils ne nous connaissent pas? De nous sourire même s’ils voient bien la différence culturelle.
Ce voyage avec la FJDD m’a permis d’être plus près de moi, de me rapprocher de mes valeurs fondamentales. Qui est l’homme du présent? Un homme qui vit dans son passé et qui est loin de son future. La FJDD m’a permis de vivre mon présent, au jour le jour comme il doit être. D’aider mon prochain en faisant des visites aux malades, en m’intégrant tranquillement à eux, en travaillant dans un jardin pour avoir des légumes frais, en accompagnant les Dominicains dans des projets. La République Dominicaine est simple elle nous demande de VIVRE pas de CONSTRUIRE, ce que nous on a oublié pour ainsi rendre ces pays encore  plus pauvre. 
C’est pour cela que j’ai proposé à la FJDD de devenir Coordonnateur de projet en République Dominicaine et de mit installer. J’ai à coeur d’accompagner les gens à vivres au maximum cette expérience de vie ainsi que de sensibiliser les Québécois à la réalité et à la richesse dominicaine qui est essentiellement bâtie sur l’amour et l’entraide. 
Noémie Bertrand
10580431_10152351984326317_1369746871_nLa République Dominicaine. Je ne saurais tout dire en quelques mots. Ça fait déjà quelques fois que j’y mets les pieds, mais mon dernier voyage a été particulier, il a changé ma vie.
C’était la première fois que je partais pour faire de l’aide humanitaire. L’économie est très peu développée, la pauvreté est éminente, mais malgré tout, le peuple dominicain est rempli de merveilles. Cette communauté m’a instruit et m’a beaucoup enrichie coté personnel. Le fait de côtoyer ces gens m’a fait grandir. Ce voyage m’a permis de me ressourcer et m’a fait prendre conscience que les pays industrialisés nous font oublier les vraies valeurs. La famille, l’amour et le partage sont les fondations de ce peuple. Malgré tous les périples qu’ils peuvent vivre, je n‘ai jamais vu autant d’amour et de simplicité volontaire. Les biens matériels ne sont pas prédominants, mais les Dominicains restent un peuple fier et uni et je crois que c’est une de leur richesse. Le bonheur est parfois si proche de nous qu’on oublie à quoi il peut ressembler. 
J’ai eu la chance de rencontrer une dame incroyable. Une perle rare, selon moi. Ou un ange tombé du ciel. Tous les matins, sans exception, malgré son asthme, elle parcourt plusieurs milles à pied sous une chaleur insupportable pour aller aider des malades à leur domicile. Elle fait le travail de préposée aux bénéficiaires. Je la trouvais déjà courageuse jusqu’à ce que j’apprenne, après une semaine, qu’elle faisait tout ça bénévolement, sans aucun revenu ni avantages sociaux. Elle m’a dit que si elle ne le ferait pas, ces gens finiraient probablement par mourir. Je lui ai demandée ce qui la poussait à continuer et elle m’a répondu que le sourire qui apparaissait sur le visage de ces gens après son passage valait tout l’or du monde et que Dieu lui donnait sa bénédiction. 
Depuis ce jour, j’apprécie beaucoup plus ce que j’ai et je regarde maintenant le monde avec une toute autre vision. Merci à la Fondation des Jeunes pour un Développement Durable pour cette expérience inoubliable.
 
Visit Us On FacebookVisit Us On Twitter